Vous êtes ici : Accueil > Préface de Jacopo Peri
  • Préface de Jacopo Peri

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • Alla cristianissima Maria Medici Regina di Francia e di Navarra

     

    Poiché le nuove Musiche fatte da me, nello sponsalizio della Maestà Vostra (Cristianissima Regina) riceverono tanto favore dalla sua presenza, che puo non pure adempiere ogni loro difetto, ma sopravanzare infinitamente, quanto di bello, e di buono potevano ricevere altronde ; Vengo sicuro a dedicarle al suo gloriosissimo nome. E s’ella non ci riconoscerà cosa, ò degna di lei, ò almeno proporzionata alle perfezioni di questo nuovo Poema ; Ove il Signor Ottavio Rinuccini, e nell’ordinar’, e nello spiegar sì nobil favola, adornandola tra mille grazie, e mille vaghezze, con maravigliosa unione di quelle due, che sì difficilmente s’accompagnano Gravità, e Dolcezza ; ha dimostrato d’esser’ al par, de’ piu famosi Antichi, Poeta in ogni parte mirabile, ci scorgerà almeno quella nobile qualità, che trassero dalla presenza sua, quando si compiacque ascoltarle, et udire il mio canto, sotto la persona d’Orfeo. Gradiscale dunque la Maestrà Vostra, come nobili, e degne, non da altro, che dalla grandezza di lei medesima, che l’ha honorate. Et accetti in esse un’affetto umilissimo dell’antica servitù mia, con il quale insieme con queste Musiche, le dedisco di nuovo me stesso, e le prego da Dio il colmo delle sue grazie, e de suoi favori. Di Firenze il di vi. di Febbraio 1600.

     

    Di V. M. Cristianissima

     

    Umilissimo Servitore

     

    Iacopo Peri.

    À la très chrétienne Marie de Médicis, Reine de France et de Navarre

     

    Puisque les nouvelles Musiques que je fis reçurent au mariage de Votre Majesté, Reine très chrétienne, tant de faveur du fait de votre présence, ce qui cependant ne comble pas tous leurs défauts, mais surpasse infiniment tout ce qu’elles auraient pu recevoir par ailleurs de beau et de bien, je m’autorise à les dédier à votre nom très glorieux. Et si vous n’y reconnaîtrez rien qui soit digne de vous, ou même proportionné aux perfections de ce nouveau Poème, dans lequel M. Ottavio Rinuccini, poète admirable en toute chose, a su se montrer l’égal des Anciens les plus fameux, dans l’ordonnancement comme dans le déploiement(1) d’une si noble fable*, l’ornant de mille grâces et de mille beautés dans une union merveilleuse de Gravité et de Douceur, qui vont pourtant difficilement de pair ; vous y trouverez au moins la noble qualité qu’elles tirèrent de votre présence lorsqu’il vous plût de les écouter et de m’y entendre chanter le rôle d’Orphée. Que Votre Majesté les apprécie donc, comme nobles et dignes du fait seul de sa propre grandeur, qui les a honorées. Veuillez accepter en elles une très humble expression de mon ancienne servitude, avec laquelle, jointe à ces Musiques, je vous dédie à nouveau ma personne, et prie Dieu qu’il vous comble de ses grâces et faveurs. De Florence, le 6 de février 1600,

     

    De Votre Majesté très chrétienne,

     

    Le très humble Serviteur,

     

    Jacopo Peri. 

     

    A Lettori

     

    Prima, ch’io vi porga (benigni Lettori) queste Musiche mie, ho stimato, convenirmisi farvi noto quello, che m’ha indotto a ritrovare questa nuova maniera di canto, poiché di tutte le operazioni humane la ragione debbe essere principio, e fonte ; E chi non puo renderla agevolmente da a credere, d’haver’operato a caso. Benchè dal Sig. Emilio del Cavaliere, prima chè da ogni altro, ch’io sappia, con maravigliosa invenzione ci fusse fatta udire la nostra Musica su le Scene ; Piacque nondimeno a’ Signori Iacopo Corsi, ed Ottavio Rinuccini (fin l’anno 1594) che io adoperandola in altra guisa, mettessi sotto le nota la favola di Dafne, dal Signor Ottavio composta, per fare una semplice pruova di quello, che potesse il canto dell’età nostra. Onde veduto, che si trattava di poesia Dramatica, e che però si doveva imitar col canto chi parla (e senza dubbiò non si parlò mai cantando) stimai, che gli antichi Greci, e Romani (iquali secondo l’openione di molti cantavano su le Scene le Tragedie intere) usassero un’armonia, che avanzando quella del parlare ordinario, scendesse tanto dalla melodia del cantare, che pigliasse forma di cosa mezzana ; E questa è la ragione, onde veggiamo in quelle Poesie, haver’havuto luogo il Iambo, che non s’innalza, come l’Esametro, ma pure è detto avanzarsi oltr’a confini de’ ragionamenti familiari.

     

    Aux Lecteurs

     

    Avant que de vous présenter mes Musiques, bienveillants Lecteurs, j’ai estimé qu’il convenait que je vous fasse savoir ce qui m’a induit à trouver cette nouvelle manière* de chant ; car la raison doit être le principe et la source de toutes les opérations humaines, et qui ne peut en rendre compte donne aisément à croire qu’il a œuvré au hasard. Bien que M. Emilio de’ Cavalieri avant tout autre, que je sache, fit entendre notre Musique sur scène selon une merveilleuse invention ; il plût néanmoins à MM. Jacopo Corsi et Ottavio Rinuccini, dès l’année 1594, que, l’utilisant d’une autre façon, je mette en musique la fable* de Daphné, composée par Rinuccini, pour faire un simple essai de ce dont est capable le chant de notre époque. Etant donné qu’il s’agissait de poésie Dramatique et qu’il fallait donc que par le chant on imite qui parle (et jamais sans doute on ne parla en chantant), j’estimai que les anciens Grecs et Romains (lesquels, selon une opinion partagée par beaucoup, chantaient sur scène les Tragédies dans leur intégralité) utilisaient une harmonie*, qui, dépassant celle du parler ordinaire, s’éloigne assez de la mélodie du chant, pour prendre la forme d’une chose intermédiaire. Et c’est la raison pour laquelle nous constatons dans leurs poèmes l’emploi des vers iambiques, qui ne s’élèvent pas comme l’hexamètre, mais sont tout de même réputés dépasser les frontières des discours familiers.

    E per cio tralasciata qualunque altra maniera di canto udita fin quì, mi diedi tutto a ricercare l’imitazione, che si debbe a questi Poemi ; e considerai, che quella sorte di voce, che dagli Antichi al cantare fu assegnata, la quale essi chiamavano Diastematica (quasi trattenuta, e sospesa) potesse in parte affrettarsi, e prender temperato corso tra i movimenti del canto sospesi, e lenti, e quegli della favella spediti, e veloci, et accomodarsi al proposito mio (come l’accomodavano anch’essi, leggendo le Poesie, et i versi Eroici) avvicinandosi all’altra del ragionare, la quale continuata appellavano ; Il che i nostri moderni (benchè forse ad altro fine) hanno ancor fatto nelle musiche loro.

    J’abandonnai pour cela toute autre manière de chant entendue jusqu’alors, et je me dédiai tout entier à rechercher l’imitation que méritent ces poèmes ; et je considérai que cette sorte de voix que les Anciens assignèrent au chant et qu’ils appelaient Diastématique (comme retenue et suspendue) pouvait quelque peu se hâter et prendre un cours tempéré entre les mouvements lents et suspendus du chant, et ceux précipités et véloces de la parole, et s’accommoder à ce que je me proposais (comme eux aussi, les Anciens, l’accommodaient lorsqu’ils lisaient les poèmes et vers Epiques), en se rapprochant de l’autre [sorte de voix], celle du discours, qu’ils appelaient continue. Ce que nos modernes, bien que peut-être à d’autres fins, ont aussi fait dans leurs musiques.

    Conobbi parimente nel nostro parlare alcune voci, intonarsi in guisa, che vi si puo fondare armonia, e nel corso della favella passarsi [p]er altre molte, che non s’intuonano, finchè si ritorni ad altra capace di movimento di nuova consonanza ; et havuto riguardo a que’ modi, et a quegli accenti, che nel dolerci, nel rallegrarci, et in somiglianti cose ci servono, feci muovere il Basso al tempo di quegli, hor piu, hor meno, secondo gli affetti, e lo tenni fermo tra le false, e tra le buone proporzioni, finchè scorrendo per varie note la voce di chi ragiona, arrivasse a quello, che nel parlare ordinario intonandosi, apre la via a nuovo concento ; E questo non solo, perché il corso del ragionare non ferisse l’orecchio (quasi intoppando negli incontri delle ripercosse corde, dalle consonanze piu spesse,) ò non paresse in un certo modo ballare al moto del Basso, e principalmente nelle cose, ò meste, ò gravi, richiedendo per natura l’altre piu liete, piu spessi movimenti : Ma ancora, perché l’uso delle false, ò scemasse, ò ricoprisse quel vantaggio, che ci s’aggiugne dalla necessità dell’intonare ogni nota, di che per cio fare potevan forse haver manco bisogno l’antiche Musiche. E però, (sì come io non ardirei affermare questo essere il canto nelle Greche, e nelle Romane favole usato), così ho creduto esser quello, che solo possa donarcisi dalla nostra Musica, per accomodarsi alla nostra favella.

     

    Je m’aperçus de même que quelques mots dans notre langue parlée peuvent porter une harmonie*, et qu’on passe ensuite au fil de la parole par beaucoup d’autres qui ne le peuvent pas, jusqu’à ce qu’on en retrouve un autre capable de susciter une nouvelle consonance ; et ayant considéré les tons et les accents qui nous servent dans la douleur, dans la joie et autres choses semblables, je fis se mouvoir la basse à leur rythme, tantôt plus, tantôt moins, en fonction des passions, et je la tins ferme parmi les intervalles consonants et dissonants, jusqu’à ce que, la voix de celui qui discourt passant par diverses notes, elle en trouve une qui porte une harmonie* dans le parler ordinaire, et ouvre ainsi la voie à un nouvel accord. Et cela, non seulement pour que le flux du discours ne blesse pas l’oreille (car il butterait alors sur les notes d’accords joués trop fréquemment) ou qu’il ne paraisse pas d’une certaine manière danser suivant le mouvement de la Basse, et principalement dans les choses tristes ou graves, puisque par nature les choses plus gaies requièrent des mouvements plus fréquents ; mais encore pour que l’usage des dissonances amenuise ou recouvre ce bénéfice qui découle de la nécessité d’entonner chaque note, ce dont les musiques des Anciens n’avaient sans doute même pas besoin pour produire leur effet. Et c’est pourquoi, de même que je n’oserais pas affirmer que ce soit là le chant utilisé dans les fables* grecques et romaines, de même j’ai cru que c’était là le seul chant qui pouvait nous être donné par notre musique pour convenir à notre langue.

    Onde fatta udire a quei Signori la mia openione, dimostrai loro questo nuovo modo di cantare, e piacque sommamente, non pure al Signor Iacopo, il quale haveva di gia composte arie bellissime per quella favola, ma al Signor Piero Strozzi, al Signor Francesco Cini, et ad altri molti intendentissimi gentilhuomini (che nella nobiltà fiorisce hoggi la Musica) come anco a quella famosa, che si puo chiamare Euterpe dell’età nostra, la Signora Vettoria Archilei, la quale ha sempre fatte degne del cantar suo le Musiche mie, adornandole, non pure di quei gruppi, e quei lunghi giri di voce, semplici, e doppi, che dalla vivezza dell’ingegno suo son ritrovati ad ogn’hora, piu per ubbidire all’uso de’ nostri tempi, che, perch’ella stimi consistere in essi la bellezza, e la forza del nostro cantare, ma anco di quelle, e vaghezze, e leggiadrie, che non si possono scrivere, e scrivendole non s’imparano da gli scritti. L’udì, e la commendò Messer Giovanbattista Iacomelli, che in tutte le parti della musica eccellentissimo, ha quasi cambiato il suo cognome col Violino, in cui egli è mirabile : E per tre Anni continui, che nel Carnovale si rappresentò, fu udita con sommo diletto, e con applauso universale ricevuta, di chiunque vi si ritrovò.

    Après avoir fait connaître mon opinion à ces Messieurs, je leur fis une démonstration de cette nouvelle manière* de chanter. Et cela plût souverainement, non seulement à Corsi, qui avait déjà composé des airs très beaux sur cette fable* [de Daphné], et à M. Piero Strozzi, à M. Francesco Cini, et à beaucoup d’autres gentilshommes fins connaisseurs (puisque la Musique fleurit aujourd’hui parmi la noblesse), mais aussi à Mme Vittoria Archilei, si célèbre qu’on la peut appeler l’Euterpe de notre siècle : laquelle a toujours su rendre mes musiques dignes de son chant, les ornant, non seulement de ces gruppi, et longs tours de gosier simples ou doubles que son esprit vif et ingénieux invente à chaque instant, plus pour obéir aux usages du temps que parce qu’elle estime qu’en eux consiste la beauté et la force de notre chant ; mais aussi de ces beautés et de ces finesses qui ne se peuvent écrire ; et, on aura beau les écrire, on ne pourra pas pour autant les apprendre sur le papier. M. Gianbattista Jacomelli entendit la Dafne et la loua, lui qui, très excellent dans toutes les parties de la musique, a presque changé son nom de famille avec celui de Violon, sur lequel il est admirable : et pendant trois années consécutives, où elle fut représentée au Carnaval, on l’entendit avec un immense plaisir et elle reçut l’acclamation universelle de quiconque s’y trouva.

    Ma hebbe miglior ventura la presente Euridice, non perché la sentirono quei Signori, et altri valorosi huomini, ch’io nommai, e di piu il Signor Conte Alfonso Fontanella, et il Signor Orazio Vecchi, testimoni nobilissimi del mio pensiero, ma perché fu rappresentata ad una Regina si grand, et a tanti famosi Principi d’Italia, e di Francia, e fu cantata da piu eccellenti Musici de nostri tempi ; Tra i quali il Signor Francesco Rasi, nobile Aretino rappresentò Aminta, il Signor Antonio Brandi Arcetro, et il Signor Melchior Palantrotti, Plutone ; e dentro alla Scena fu sonata da Signori per nobiltà di sangue, e per eccellenza di musica Illustri, Il Signor Iacopo Corsi, che tanto spesso ho nominato, sonò un Gravicembalo ; et il Signor Don Grazìa Montalvo, un Chitarrone ; Messer Giovanbattista del Violino, una Lira grande ; e Messer Giovanni Lapi, un Liuto grosso : E benchè fin allhora l’havessi fatta nel modo appunto, che hora viene in luce : Non dimeno Giulio Caccini (detto Romano) il cui sommo valore è noto al Mondo, fece l’arie d’Euridice, et alcune del Pastore, e Ninfa del Coro, e de’ Cori, AL CANTO, AL BALLO, SOSPIRATE, e POICHE GLI ETERNI IMPERI. E questo, perchè dovevano esser cantate da persone dependenti da lui, le quali Arie si leggono nella sua composta, e stampata pur dopo, che questa mia fu rappresentata a sua Maestà Cristianissima.

    Mais la présente Eurydice eut meilleure fortune, non pas parce que l’entendirent ces messieurs et d’autres hommes de valeur que j’ai déjà nommés, et de plus M. le Comte Alfonso Fontanelli et M. Orazio Vecchi, témoins très nobles de ma pensée, mais parce qu’elle fut représentée devant une si grande Reine et tant de fameux Princes d’Italie et de France, et qu’elle fut chantée par les plus excellents musiciens de notre temps ; parmi lesquels M. Francesco Rasi, noble arétin, représenta Aminta, Monsieur Antonio Brandi, Arcetro, et M. Melchior Palantrotti, Pluton. Des hommes illustres par la noblesse de leur sang et leur excellence musicale jouèrent des instruments sur la scène, derrière les décors : M. Jacopo Corsi, que j’ai nommé si souvent, joua du Clavecin ; et M. Don Grazìa Montalvo du Chitarrone ; M. Gianbattista del Violino une grande Lyre ; et M. Giovanni Lapi, du grand Luth. Et bien que je l’avais écrite dès alors comme elle est maintenant publiée, néanmoins Giulio Caccini (dit le Romain), dont l’immense valeur est connue de par le monde, écrivit les airs d’Euridice, et quelques-uns du Berger et de la Nymphe du Chœur, et les Chœurs Al canto, al ballo, Sospirate et Poi che gli eterni imperi. Cela parce qu’ils devaient être chantés par des personnes dépendantes de lui, airs que l’on peut lire dans sa version de l’Euridice, achevée de composer et imprimée alors que la mienne avait déjà été représentée à Sa Majesté très chrétienne.

    Ricevetela però benignamente cortesi Lettori, e benchè io non sia arrivato con questo modo, fin dove mi pareva di poter giugnere (essendo stato freno al mio corso il rispetto della novità), graditela in ogni modo ; e forse avverrà, ch’in altra occasione io vi dimostri cosa piu perfetta di questa : Intanto mi parrà d’haver fatto assai, havendo aperta la strada al valor’ altrui, di camminare per le mie orme alla gloria, dove a me non è dato di pervenire. E spero, che l’uso delle false, sonate, e cantate senza paura, discretamente, et appunto (essendo piaciute a tanti, e sì valorosi huomini) non vi saranno di noia, massime nell’arie piu meste, e piu gravi, d’Orfeo, d’Arcetro, e di Dafne, rappresentata con molta grazia da Iacopo Giusti, fanciulletto Lucchese. E vivete lieti.

    Recevez-la cependant avec bienveillance, Lecteurs courtois, et bien que je ne sois pas arrivé de cette façon jusqu’où il me semblait pouvoir atteindre (mon parcours ayant été freiné par la prudence qu’il faut prendre avec la nouveauté), appréciez-la de toute façon ; et il adviendra peut-être qu’à une autre occasion je vous montre chose plus parfaite. D’ici là, il me semblera avoir fait beaucoup, en ouvrant la voie à la valeur d’autrui pour cheminer dans mes traces jusqu’à la gloire à laquelle il ne m’a pas été donné de pouvoir parvenir. Et j’espère que l’usage des dissonances, jouées et chantées sans peur, avec jugement et à propos (puisqu’elles ont plu à de nombreux hommes, et parmi les plus valeureux), ne vous troubleront pas ; surtout dans les airs les plus tristes et les plus graves, d’Orphée, d’Arcetro, et de Daphné, représentée avec beaucoup de grâce par Jacopo Giusti, jeune homme de Lucques. Et vivez heureux.

    AVVERTIMENTO

     

    Sopra la parte del basso, il diesis congiunto col 6. dimostra sesta maggiore, e la minore senza’l diesis ; Il quale quando è solo, è contrassegno della terza, ò della decima maggiore : Et il b. molle, della terza, ò decima minore ; e non si ponga mai, se non a quella sola nota, dove è segnato, quantunque piu ne fussero in una medesima Corda.

    AVERTISSEMENT

     

    Au-dessus de la partie de basse, le dièse joint au 6 indique la sixte majeure, et la mineure sans le dièse ; lequel, lorsqu’il est seul, vaut pour la tierce ou dixième majeure ; et le bémol, pour la tierce ou dixième mineure ; et il ne faut le jouer nulle part ailleurs qu’à la seule note où il est marqué, quand bien même la note de basse serait répétée.

     

     

    1. Ces deux termes renvoient à des catégories rhétoriques, soit la dispositio et l’elocutio.

    • Enregistrer au format PDF
    • impression
    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page